Art et CultureSociété

LMD: ouverture à Bouaké d’un atelier d’élaboration et d’harmonisation des maquettes de formation

Un atelier sur l’élaboration et l’harmonisation des maquettes de formation au format Licence-Master-Doctorat (LMD) dans les domaines des sciences de l’homme et de la société, s’est ouvert, lundi, à l’université Alassane Ouattara de Bouaké (Centre-Nord), en vue d’adapter les offres de formations de cette discipline à la demande du marché de l’emploi en Côte d’Ivoire, a constaté APA sur place.
Cet atelier de cinq jours (12 au 16 décembre) initié dans le cadre du projet « Appui à la modernisation et à la réforme des universités et grandes écoles de Côte d’Ivoire » (AMRUGE-CI) par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, à travers le Contrat de désendettement et de développement (CD2) est mis en œuvre par le l’Agence universitaire francophone (AUF).

L’atelier vise entre autres, de décliner chaque domaine de formation en mentions et spécialités porteuses pour le marché de l’emploi et de disposer pour chaque spécialité, d’un parcours de formation et d’une maquette harmonisée au format LMD.

Pour le Prof Henri Bah, le Directeur de cabinet du président de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké, cette session de formation, va emmener les départements des sciences de l’homme et de la société des universités ivoiriennes concernées, à harmoniser leurs maquettes.

Ce qui va obliger selon lui, ces départements à regarder ce que chacun fait dans son université, afin de mettre en commun leur maquette de formation ‘’de sorte que nous puissions aller facilement vers ce que nous appelons la mobilité des étudiants et des enseignants et vers la compétitivité de nos maquettes qui doivent-elles-mêmes débouchées sur l’employabilité de nos diplômés’’.

En d’autres termes, a expliqué Prof Bah, ‘’je veux dire qu’un étudiant qui sort du département de philosophie de l’université Alassane Ouattara devrait aller facilement à l’université de Cocody ou de Korhogo et plus tard à l’université Cheick Anta Diop à Dakar sans être confronté à aucun problème concernant son diplôme parce que le contenu serait le même’’.

En outre, a-t-il conclu, ‘’il s’agira aussi de définir les compétences que nous voulons donner aux étudiants à travers les formations de telle sorte qu’ils voient clairement et que nous-mêmes nous ayons conscience pleinement de quels emplois et débouchés sur le marché, nos étudiants devraient avoir quand ils sortent de nos formations’’.

Une quarantaine de personnes venues de toutes les universités de Côte d’Ivoire qui enseignent les sciences de l’homme et de la société et des experts internationaux participent à cet atelier.

Avec APA
Commentaires (Facebook)

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page